Musique, politique, couacs, dissonances et cacophonie!

Chats-musiciens

On dit de la musique qu’elle adoucit les mœurs, il est donc à croire que les mœurs de Saint-Pierre risquent fort de s’endurcir dans les années à venir. En effet, si l’été fut incontestablement musical entre dunefest, rock N’ rhum, Lab 97 et Transboréales, les inquiétudes quant à l’avenir des cours de musique à Saint-Pierre sont plus d’actualité que jamais. Les bars ont résonné de chants, animés par les groupes bien souvent issus des talents locaux, formés par une école accessible à tous, or cette accessibilité semble vivre ces derniers beaux jours. Certes, un poste de professeur de guitare a été publié mais qu’en est-il en réalité? Certains candidats se sont vu refuser des informations qui ne peuvent paraître accessoires, le montant de la rémunération par exemple reste un non-dit pour le moins décourageant!

Quant au poste de professeur de piano, silence assourdissant. On a même entendu une intervention au journal télévisé nous disant qu’il est normal qu’un enseignant en disponibilité puisse retrouver son poste à son retour éventuel. Les règles en matière de disponibilité ne seraient donc pas applicables dans l’archipel? Imaginons que ce soit le cas…beaucoup de professeurs des écoles prennent des disponibilités soit pour se former soit pour des raisons personnelles, faudra-t-il alors que les élèves se passent d’enseignant et se forment par correspondance???

Nombreux sont ceux qui avaient répondu au sondage publié sur le site de cheznoo, sondage leur demandant s’ils étaient favorables au développement des offres de cours de musique au CCS, la réponse était positive pour plus de 80% des avis exprimés. Le moins qu’on puisse dire c’est que leur voix n’a pour le moment pas été entendue..La culture, c’est parfois une vitrine, mais pour que la vitrine soit belle, il faut s’en donner les moyens; faire l’impasse sur la jeunesse, c’est tuer la créativité ou l’inviter à s’exprimer….ailleurs!

Cette année, il faudra se battre pour avoir une chance d’avoir accès à des cours de musique, combien de personnes seront satisfaites à la fin de la journée d’inscription au CCS? Il serait intéressant de le savoir!

Vol direct ou chemin de traverse?

Cet été, pour la première fois, Saint-Pierre et Miquelon s’est retrouvé à un vol de la Métropole, enfin, surtout Saint-Pierre, les Miquelonnais devant tout de même quitter leur île pour rejoindre l’aéroport international. Une aubaine?

En temps, en confort, assurément. Financièrement un peu moins, surtout si on part en famille. Cinq heures et demie de vol, c’est tentant mais il y a plus de 200€ supplémentaires à débourser par rapport à un vol au départ d’Halifax. Alors, la solution avec escale peut-être une occasion de s’offrir une journée de découverte, à Lunenburg par exemple.Lunenburg.10

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette petite ville côtière est un bijou et en arrivant de Saint-Pierre le vendredi matin, on a toute la journée pour flâner, le vol pour Paris ne décollant qu’aux alentours de 23 heures.

Chouette! Suivez le guide….

juillet 2018 046.JPG

Le printemps ici est déjà bien installé et les pivoines embaumentjuillet 2018 055.JPG

Les villages alentours se sont spécialisés dans la sculpture sur bois, tendance très maritime!juillet 2018 048juillet 2018 056juillet 2018 087juillet 2018 088juillet 2018 102juillet 2018 134

Les maisons classées se déclinent dans toutes les couleursjuillet 2018 065juillet 2018 064juillet 2018 073juillet 2018 075juillet 2018 100juillet 2018 121juillet 2018 125juillet 2018 114juillet 2018 109

Les basques eux-même ne se sentiraient pas dépaysés!juillet 2018 085juillet 2018 086

Dans toute la ville, les enseignes font leur show…juillet 2018 091juillet 2018 098juillet 2018 108juillet 2018 110juillet 2018 112

L’artisanat met de bonne humeur

juillet 2018 068juillet 2018 069

Le contraste entre la mer et les maisons,juillet 2018 126juillet 2018 131

les casiers,juillet 2018 129

les bouées,tout explose de couleurs!juillet 2018 130

Alors, vol direct ou flânerie?

Et quand il bruine à SPM, on fait quoi?

 

Plein de choses en fait!

On peut bien sûr fignoler la collation du jour avec du fait-maison, parfait pour le coup d’thé….on peut aussi facebooker les copines, regarder un DVD, rattraper son retard côté séries tv ou encore sortir quand même et ouvrir grand les mirettes.

Regarder mieux, plus près…et s’émerveiller!

aout 2018 001

La trémière basque est au repos

aout 2018 007.JPG

Joli travail, non?aout 2018 008.JPGpas mal non plus….

Et au concours de guirlande des ondines, laquelle sera la plus belle?

aout 2018 010aout 2018 011aout 2018 014

 

La brume, c’est plein de surprises finalement…

Méli-mélo floral

Si juillet à Saint-Pierre et Miquelon fait souvent grise mine, ce n’est pas parce qu’il est mal entouré, bien au contraire!

Juin décline ses fleurs blanches en cœurs changeants noirs,

juillet 2018 016

roses

juillet 2018 017

ou gris,

juillet 2018 018

en août c’est le « printemps estival » et pour les grincheux qui diront que l’expression est bancale, la preuve en couleurs!juillet 2018 246juillet 2018 253juillet 2018 256

Les mûres, les graines et les bleuets se préparent, il y a du rose en montagne, juillet 2018 259

du jaune et du blanc sur les étangs…

juillet 2018 258juillet 2018 261

Les églantines embaument et invitent à flâner nez au vent. juillet 2018 244Seul bémol, ces maudites mouches qui attaquent avec furie et piquent sans faiblir mais bon, la beauté, ça se mérite et on rencontre même des invitées surprise:juillet 2018 015

 

Alors, qui me dira le nom de cette belle solitaire? Je n’ai pas trouvé, sous ses allures d’orchidée elle garde pour le moment son mystère…

 

Musique en péril.

piano casse

À Saint-Pierre, on chante, à Saint-Pierre, on danse et cela bien souvent au son bien de « chez nous » des musiciens locaux. Héritage acadien, basque, breton ou normand, on aime taquiner guitare, clavier, accordéon, violon…Les concerts font salle comble, le 21 juin est festif, le prix des cours au Centre Culturel et Sportif rend l’apprentissage abordable et démocratique.

Vision idyllique? Peut-être. Vision menacée? Assurément.

L’année dernière les cours de piano ont été tout simplement supprimés sans explication, une simple ligne sur le net, 40 élèves, en majorité des jeunes, contraints à renoncer à leur instrument faute d’offres dans le privé pour ceux qui pouvaient payer, faute de moyen pour les autres. Le poste avait pourtant été publié en juin, avant de disparaître du paysage…

Certains diront que le piano, bof, c’est élitiste et qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat mais cette année, c’est la guitare et l’éveil musical qui semblent voués au même destin: 45 élèves en tout. Pourtant, à l’ouverture des inscriptions, il fallait déjà patienter un long moment avant d’obtenir une place, nombreux étaient ceux qui devaient se contenter de la promesse d’une liste d’attente surchargée, la demande étant de loin supérieure à l’offre!

Alors? Avis de tempête sur le caillou? Les Saint-pierrais n’auront plus qu’à danser au son d’orchestres virtuels, regrettant le temps où les chants leur parlaient de l’archipel, le temps où les jeunes pouvaient sortir la guitare et les décibels en étant encouragés, accompagnés par des professionnels.

Beaucoup d’artistes locaux ont fait leurs gammes à l’annexe du CCS, quitte à compléter leur formation à l’extérieur. Certains sont revenus et rendent au caillou tout l’enthousiasme qui les a porté. D’autres retournent ici le temps des beaux jours pour donner un concert, une soirée, promouvoir un CD.

Avec la suppression des cours, c’est toute une dynamique culturelle qui disparaît, une relève avortée.

Les jeunes seront sans doute les plus touchés et quand on sait que l’apprentissage musical développe des capacités en mathématiques, lecture et autres domaines cognitifs, on ne peut que s’interroger…

Essai de définition estivale

Ça sent l’été…vous n’y croyez pas?

C’est vrai que ce début de juin est frisquet et qu’on peine à s’aérer les gambettes et à remiser les chaussettes alors, on tente une petite définition de saison?

Ici, l’été, c’est quand, à quelques mètres de distance, on peut admirer les crosses de fougères naître, se dérouler, se frisotter pour le grand show estivalJean paul et Cathy juin 2018 225Jean paul et Cathy juin 2018 228

L’été, c’est quand les géants de glace descendent du Nord sur les côtes de Terre-Neuve où il faut les pister puisque depuis 1987 ils semblent bouder l’archipel, qu’à cela ne tienne, on part en chasse, Terre_Neuve_juin_2018 302Terre_Neuve_juin_2018 083Terre_Neuve_juin_2018 085Terre_Neuve_juin_2018 299Jean paul et Cathy juin 2018 148.JPGcroisant au passage lièvres et renards.Terre_Neuve_juin_2018 027Terre_Neuve_juin_2018 038Jean paul et Cathy juin 2018 035

L’été c’est quand le grand Colombier se couvre de rochers mouvants….et volants, pingouins, macareux, qui aura la vedette?Jean paul et Cathy juin 2018 197 Tous sont sur leur 31, reste à les compter…

après, en face, la moucherolle à ventre jaune n’est pas mal non plus!Jean paul et Cathy juin 2018 232

L’été, c’est quand l’île aux marins ouvre ses maisons, j-paul et cathy 2018 014quand les kayaks de l’école de voile n’attendent plus que la mise à l’eauj-paul et cathy 2018 029

Alors, c’est dit, on sort les maillots de bain?

Les doris sont de sortie!

Ça y est! Le soleil brille et les doris sont de sortie.

Les quoi? Non, ce n’est pas une espèce d’insecte ou de poisson exotique, lisez le Chasse-Marée, traînez sur les ports et pontons de Bretagne ou d’ailleurs, renseignez-vous quoi! Et vous saurez que ce sont des bateaux qu’on utilisait pour la pêche à la morue, entre autres.

Ici, on en voit de toutes les couleurs alors quand ils se dorent sur la grève, c’est l’heure de la pose-photo, et comme ils ne sont pas doués pour les selfies, je me permets de leur donner un coup de pouce!

en jaune, fin mai2018doris 016fin mai2018doris 019

en vert,fin mai2018doris 006

en version arc-en ciel devant les salines :

fin mai2018doris 007fin mai2018doris 011

Ils sont prêts!fin mai2018doris 012fin mai2018doris 014fin mai2018doris 018

Chaque cabestan a trouvé doris à son bout:fin mai2018doris 015fin mai2018doris 017

Alors, prêts pour un petit tour à l’île aux Marins?fin mai2018doris 020.JPG

 

Par les rafales, Valentine Imhof, 2018

rafaleUn roman écrit par quelqu’un qui vit sur l’archipel, forcément, ça donne envie d’aller y voir de plus près, sauf que cette fois, il ne s’agit ni d’un roman familial ni d’un roman historique mais d’un polar.

On connaissait La morue voit rouge de Sandrine Pautard dont l’intrigue se situait à l ‘île aux marins dans le contexte de la grande pêche. Ici, l’archipel n’apparaît qu’à l’approche du dénouement, presque par ricochet et on se est le plus souvent dans un univers urbain contemporain assez sordide de la Belgique à la Lorraine en passant ( sans sabots!) par les Shetland d’Écosse, les bayous de la Louisiane et le Canada.

On y suit Alex, jeune femme marquée dans tous les sens du terme, tueuse ou victime, on hésite.

L’intrigue est fort bien menée mais cette plongée vers les confins de la folie m’a un peu laissée sur la touche dans la mesure où je n’ai pas réussi à m’attacher à l’héroïne par manque d’empathie, un peu comme s’il manquait ce je ne sais quoi qui fait vibrer le lecteur à l’unisson du héros. Le personnage le plus attachant se fait débarquer d’une pichenette désinvolte et nous laisse orphelins, sans attache affective. Il y a aussi une enquêtrice perdue dans le sous-sol de son commissariat mais là encore difficile de se passionner pour ses états d’âme et c’est dommage.

Lecture mitigée par conséquent, à tenter pour se faire sa propre opinion et pour les références musicales et littéraires qui donnent envie de relire illico Lautréamont!

Un p’tit pont, deux p’tits ponts….

En mai fais ce qu’il te plaît et ce qui plaît ici, à Saint-Pierre, c’est d’aller se balader alors les ponts de mai sont une aubaine devant laquelle il est difficile de faire la fine bouche.

Les uns partent au soleil, chercher sous les tropiques la chaleur qui tarde à s’installer, d’autres vont prendre l’air de Langlade ou Miquelon, ouvrir leurs maisons d’été et voir si le ciel d’en face est plus pur.péninsule de Burin 9-05-2018 047

Et puis il y a ceux qui filent chez les « cousins » terre-neuviens en quête d’espace ou d’icebergs: un voyage à l’étranger, à 24 km de chez soi, avec décalage horaire ( une demi-heure, vous ne pensiez pas cela possible? Eh bien si!) dépaysement linguistique et conduite à la canadienne. Elle est pas belle, la vie sur le caillou?péninsule de Burin 9-05-2018 043

Là-bas, les barbecues sont improbables, sentinelles rouillées de plages de sable fin,péninsule de Burin 9-05-2018 042péninsule de Burin 9-05-2018 046

Les toilettes, tranquilles et pétantes!péninsule de Burin 9-05-2018 026.JPG

Au milieu coule une rivière ( plus d’une en fait, ce n’est pas l’eau qui manque!)péninsule de Burin 9-05-2018 039.JPG

les maisons sont colorées…péninsule de Burin 9-05-2018 075

Les abris d’oiseaux rivalisent d’ingéniosité.péninsule de Burin 9-05-2018 080péninsule de Burin 9-05-2018 079péninsule de Burin 9-05-2018 094péninsule de Burin 9-05-2018 098

Les parcs de jeu ont vue sur mer,péninsule de Burin 9-05-2018 089

et le linge coloré vole au ventpéninsule de Burin 9-05-2018 092

alors que les oursins succombent à la gourmandise des mouettespéninsule de Burin 9-05-2018 106

et que les rochers défient l’homme et le tempspéninsule de Burin 9-05-2018 107

La péninsule de Burin, un bien joli voyage!péninsule de Burin 9-05-2018 050

 

 

Avril à la croisée des saisons

Si la Métropole affiche des températures estivales en ce mois d’avril, on ne peut pas vraiment dire que ce soit le cas sur l’Archipel quoique, certains détails ne trompent pas, c’est sûr , les beaux jours préparent leur arrivée et ce n’est pas parce qu’ils ne semblent pas pressés qu’ils n’y mettent pas toute leur énergie!

Alors, on est bien d’accord, l’herbe est encore cristalline,12avril2018 02912avril2018 03312avril2018 035

et les rochers glissants.23-04-2018 022

Les étangs peinent à se séparer de leurs décorations hivernales12avril2018 047

et l’herbe est encore un peu terne23-04-2018 006

Mais en dessous, ça pousse, ça verdit, ça grandit…23-04-2018 01523-04-2018 029

Les bois morts surveillent les petits jeunes du bout de leurs rameaux défunts23-04-2018 00912avril2018 068

lichen et glace s’observent…23-04-2018 01123-04-2018 01323-04-2018 020

sous le regard du bel oiseau blanc, oiseau star de l’archipel.Harfang_avril_2018 017Harfang_avril_2018 020

Alors, il n’est pas superbe, ce mois d’avril?23-04-2018 025