Musique, politique, couacs, dissonances et cacophonie!

Chats-musiciens

On dit de la musique qu’elle adoucit les mœurs, il est donc à croire que les mœurs de Saint-Pierre risquent fort de s’endurcir dans les années à venir. En effet, si l’été fut incontestablement musical entre dunefest, rock N’ rhum, Lab 97 et Transboréales, les inquiétudes quant à l’avenir des cours de musique à Saint-Pierre sont plus d’actualité que jamais. Les bars ont résonné de chants, animés par les groupes bien souvent issus des talents locaux, formés par une école accessible à tous, or cette accessibilité semble vivre ces derniers beaux jours. Certes, un poste de professeur de guitare a été publié mais qu’en est-il en réalité? Certains candidats se sont vu refuser des informations qui ne peuvent paraître accessoires, le montant de la rémunération par exemple reste un non-dit pour le moins décourageant!

Quant au poste de professeur de piano, silence assourdissant. On a même entendu une intervention au journal télévisé nous disant qu’il est normal qu’un enseignant en disponibilité puisse retrouver son poste à son retour éventuel. Les règles en matière de disponibilité ne seraient donc pas applicables dans l’archipel? Imaginons que ce soit le cas…beaucoup de professeurs des écoles prennent des disponibilités soit pour se former soit pour des raisons personnelles, faudra-t-il alors que les élèves se passent d’enseignant et se forment par correspondance???

Nombreux sont ceux qui avaient répondu au sondage publié sur le site de cheznoo, sondage leur demandant s’ils étaient favorables au développement des offres de cours de musique au CCS, la réponse était positive pour plus de 80% des avis exprimés. Le moins qu’on puisse dire c’est que leur voix n’a pour le moment pas été entendue..La culture, c’est parfois une vitrine, mais pour que la vitrine soit belle, il faut s’en donner les moyens; faire l’impasse sur la jeunesse, c’est tuer la créativité ou l’inviter à s’exprimer….ailleurs!

Cette année, il faudra se battre pour avoir une chance d’avoir accès à des cours de musique, combien de personnes seront satisfaites à la fin de la journée d’inscription au CCS? Il serait intéressant de le savoir!

Vol direct ou chemin de traverse?

Cet été, pour la première fois, Saint-Pierre et Miquelon s’est retrouvé à un vol de la Métropole, enfin, surtout Saint-Pierre, les Miquelonnais devant tout de même quitter leur île pour rejoindre l’aéroport international. Une aubaine?

En temps, en confort, assurément. Financièrement un peu moins, surtout si on part en famille. Cinq heures et demie de vol, c’est tentant mais il y a plus de 200€ supplémentaires à débourser par rapport à un vol au départ d’Halifax. Alors, la solution avec escale peut-être une occasion de s’offrir une journée de découverte, à Lunenburg par exemple.Lunenburg.10

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette petite ville côtière est un bijou et en arrivant de Saint-Pierre le vendredi matin, on a toute la journée pour flâner, le vol pour Paris ne décollant qu’aux alentours de 23 heures.

Chouette! Suivez le guide….

juillet 2018 046.JPG

Le printemps ici est déjà bien installé et les pivoines embaumentjuillet 2018 055.JPG

Les villages alentours se sont spécialisés dans la sculpture sur bois, tendance très maritime!juillet 2018 048juillet 2018 056juillet 2018 087juillet 2018 088juillet 2018 102juillet 2018 134

Les maisons classées se déclinent dans toutes les couleursjuillet 2018 065juillet 2018 064juillet 2018 073juillet 2018 075juillet 2018 100juillet 2018 121juillet 2018 125juillet 2018 114juillet 2018 109

Les basques eux-même ne se sentiraient pas dépaysés!juillet 2018 085juillet 2018 086

Dans toute la ville, les enseignes font leur show…juillet 2018 091juillet 2018 098juillet 2018 108juillet 2018 110juillet 2018 112

L’artisanat met de bonne humeur

juillet 2018 068juillet 2018 069

Le contraste entre la mer et les maisons,juillet 2018 126juillet 2018 131

les casiers,juillet 2018 129

les bouées,tout explose de couleurs!juillet 2018 130

Alors, vol direct ou flânerie?

Musique en péril.

piano casse

À Saint-Pierre, on chante, à Saint-Pierre, on danse et cela bien souvent au son bien de « chez nous » des musiciens locaux. Héritage acadien, basque, breton ou normand, on aime taquiner guitare, clavier, accordéon, violon…Les concerts font salle comble, le 21 juin est festif, le prix des cours au Centre Culturel et Sportif rend l’apprentissage abordable et démocratique.

Vision idyllique? Peut-être. Vision menacée? Assurément.

L’année dernière les cours de piano ont été tout simplement supprimés sans explication, une simple ligne sur le net, 40 élèves, en majorité des jeunes, contraints à renoncer à leur instrument faute d’offres dans le privé pour ceux qui pouvaient payer, faute de moyen pour les autres. Le poste avait pourtant été publié en juin, avant de disparaître du paysage…

Certains diront que le piano, bof, c’est élitiste et qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat mais cette année, c’est la guitare et l’éveil musical qui semblent voués au même destin: 45 élèves en tout. Pourtant, à l’ouverture des inscriptions, il fallait déjà patienter un long moment avant d’obtenir une place, nombreux étaient ceux qui devaient se contenter de la promesse d’une liste d’attente surchargée, la demande étant de loin supérieure à l’offre!

Alors? Avis de tempête sur le caillou? Les Saint-pierrais n’auront plus qu’à danser au son d’orchestres virtuels, regrettant le temps où les chants leur parlaient de l’archipel, le temps où les jeunes pouvaient sortir la guitare et les décibels en étant encouragés, accompagnés par des professionnels.

Beaucoup d’artistes locaux ont fait leurs gammes à l’annexe du CCS, quitte à compléter leur formation à l’extérieur. Certains sont revenus et rendent au caillou tout l’enthousiasme qui les a porté. D’autres retournent ici le temps des beaux jours pour donner un concert, une soirée, promouvoir un CD.

Avec la suppression des cours, c’est toute une dynamique culturelle qui disparaît, une relève avortée.

Les jeunes seront sans doute les plus touchés et quand on sait que l’apprentissage musical développe des capacités en mathématiques, lecture et autres domaines cognitifs, on ne peut que s’interroger…

Les doris sont de sortie!

Ça y est! Le soleil brille et les doris sont de sortie.

Les quoi? Non, ce n’est pas une espèce d’insecte ou de poisson exotique, lisez le Chasse-Marée, traînez sur les ports et pontons de Bretagne ou d’ailleurs, renseignez-vous quoi! Et vous saurez que ce sont des bateaux qu’on utilisait pour la pêche à la morue, entre autres.

Ici, on en voit de toutes les couleurs alors quand ils se dorent sur la grève, c’est l’heure de la pose-photo, et comme ils ne sont pas doués pour les selfies, je me permets de leur donner un coup de pouce!

en jaune, fin mai2018doris 016fin mai2018doris 019

en vert,fin mai2018doris 006

en version arc-en ciel devant les salines :

fin mai2018doris 007fin mai2018doris 011

Ils sont prêts!fin mai2018doris 012fin mai2018doris 014fin mai2018doris 018

Chaque cabestan a trouvé doris à son bout:fin mai2018doris 015fin mai2018doris 017

Alors, prêts pour un petit tour à l’île aux Marins?fin mai2018doris 020.JPG

 

Un p’tit pont, deux p’tits ponts….

En mai fais ce qu’il te plaît et ce qui plaît ici, à Saint-Pierre, c’est d’aller se balader alors les ponts de mai sont une aubaine devant laquelle il est difficile de faire la fine bouche.

Les uns partent au soleil, chercher sous les tropiques la chaleur qui tarde à s’installer, d’autres vont prendre l’air de Langlade ou Miquelon, ouvrir leurs maisons d’été et voir si le ciel d’en face est plus pur.péninsule de Burin 9-05-2018 047

Et puis il y a ceux qui filent chez les « cousins » terre-neuviens en quête d’espace ou d’icebergs: un voyage à l’étranger, à 24 km de chez soi, avec décalage horaire ( une demi-heure, vous ne pensiez pas cela possible? Eh bien si!) dépaysement linguistique et conduite à la canadienne. Elle est pas belle, la vie sur le caillou?péninsule de Burin 9-05-2018 043

Là-bas, les barbecues sont improbables, sentinelles rouillées de plages de sable fin,péninsule de Burin 9-05-2018 042péninsule de Burin 9-05-2018 046

Les toilettes, tranquilles et pétantes!péninsule de Burin 9-05-2018 026.JPG

Au milieu coule une rivière ( plus d’une en fait, ce n’est pas l’eau qui manque!)péninsule de Burin 9-05-2018 039.JPG

les maisons sont colorées…péninsule de Burin 9-05-2018 075

Les abris d’oiseaux rivalisent d’ingéniosité.péninsule de Burin 9-05-2018 080péninsule de Burin 9-05-2018 079péninsule de Burin 9-05-2018 094péninsule de Burin 9-05-2018 098

Les parcs de jeu ont vue sur mer,péninsule de Burin 9-05-2018 089

et le linge coloré vole au ventpéninsule de Burin 9-05-2018 092

alors que les oursins succombent à la gourmandise des mouettespéninsule de Burin 9-05-2018 106

et que les rochers défient l’homme et le tempspéninsule de Burin 9-05-2018 107

La péninsule de Burin, un bien joli voyage!péninsule de Burin 9-05-2018 050

 

 

Avant/Après

Avant/Après….

Vous connaissez le principe? C’est le même qui vous fait croire, en vrac et au choix:

  • que le printemps vous aura relooké et allégé de 20 kg en deux mois
  • que la pilule Trucmusclor vous donnera les tablettes de chocolat de Schwarzie le temps d’un battement de cil
  • ou que l’engrais magicflor transformera les trois brins d’herbe rabougris de votre balcon en jardin d’Éden avant la faute.

Ici, le concept est plus subtil, du moins en ce qui concerne les innovations les plus visibles de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon. En effet, on a droit non pas à un « avant/après » booster de mémoire et terreau propice à la nostalgie, mais plutôt à un « deux en un » où on peut comparer de visu les avancées radieuses du progrès.

Ainsi on a deux centrales électriques sur le même site: la jeune, toute rutilante et fière de ses chromes,

fevrier2018 004

et la vieille, profil bas, qui tente tant bien que mal d’exister en pointant vers le ciel le rouge un peu fané de ses cheminées désormais condamnées à l’oisiveté.

fevrier2018 002

Un peu plus haut, ce sont les cuves à pétrole qui jouent la même partition. Devant: les rouillées, derrière: les petites nouvelles.( zut! c’est le contraire!)début mars2018 013 Une exception cependant, ce bon vieux « frigo » qui dresse toujours sa masse grise face au quai qui accueille les gros paquebots, gardien de la mémoire d’une époque révolue.24nov2017 02124nov2017 022

Alors, une question me titille l’imagination. Quand les nouveaux ferries prendront un jour leur fonction, verra-t-on ce bon vieux Cabestan amarré entre ses deux collègues?

Probablement pas, le destin des bateaux étant de naviguer vers d’autres eaux….

Le retour des Jedi….et du cinéma!

jediMiracle à Saint-Pierre ( normal,le nom s’y prête)

Me voilà bien!

Après des décennies de confortable mécréance, je crains de devoir à nouveau croire au père Noël.

C’est la saison, certes, mais quand même! Il y a quelques semaines, je pleurai sur l’absence de cinéma à Saint-Pierre et voilà que ce vendredi, le grand écran nous revient avec, incroyable, la sortie nationale du dernier Star Wars.

L’archipel, synchro avec le 7ème Art de Métropole…

Du jamais vu! Alors forcément, j’en déduis que le père Noël, non seulement existe mais qu’en plus il est à la page.

Moi qui croyais dur comme bûche qu’il avait fini par mitonner ses rennes en ragoût festif, je suis bien obligée de faire mon mea culpa. Si ça se trouve, on va même se retrouver autour d’un grog le soir du Réveillon. Qui sait? À l’âge qu’il doit avoir, impossible de l’imaginer rancunier. Allez! J’ose! Demain, c’est promis, je lui envoie ma liste et s’il pouvait s’abonner aux Cahiers du cinéma ou à Première ( les deux , ce serait top!) j’envisagerai d’étendre ma conversion à la Mère Noël. Parce qu’ici, voisins de l’Amérique du nord, on a aussi la Mère Noël…pour le reste de la famille, je ne sais pas, ils voient peut-être trop d’enfants d’un seul coup d’un seul pour avoir eu envie d’en profiter toute l’année, et puis avec les lutins, ça aurait fait trop , non?

Cinéblues

écranSaint-Pierre et Miquelon.

Aussitôt dits, ces mots font se lever dans les esprits, pèle-mêle, les brumes de Terre-Neuve, le Crabe-Tambour, la grande pêche, l’isolement insulaire…

On pense alors rarement à l’archipel tel qu’il est actuellement et si on arrive à le situer correctement , ce qui est peu courant, d’aucun l’associant curieusement aux cocotiers, on l’imagine un peu en recul, figé dans un temps et délaissé des lumières du XXIème siècle, en particulier celles de la culture.

Grossière erreur! Les associations pullulent sur le caillou comme sur la grande île . Ici on peint, on chante, on danse ( beaucoup et dans tous les styles), on fait du sport, de la musique, de la restauration de doris, de la sculpture…Impossible d’énumérer de façon exhaustive toutes les activités proposées. Choisir est un casse-tête et on se retrouve souvent, par excès d’enthousiasme, à devoir jongler avec un agenda de ministre!

Il y a des expositions de peinture, une médiathèque active, du théâtre, des concerts, des musées…mais pas de cinéma, du moins à Saint-Pierre.

Alors? Qu’est-il arrivé au 7ème Art pour que, depuis le mois de juin,il ne soit plus possible de se « faire une toile » . Tous les habitants de France et de Navarre devraient pourtant avoir cette possibilité, l’archipel serait-il passé dans une autre dimension dans laquelle ce plaisir nous serait refusé?

La phénomène est d’autant plus incompréhensible qu’en septembre, on nous avait très officiellement annoncé au JT l’investissement dans un nouveau matériel qui nous permettrait de voir des films plus récents.

Résultat quatre mois plus tard? Si auparavant il fallait attendre le jeudi pour aller au cinéma du Centre culturel et sportif, on est depuis tranquille toute la semaine. L’écran semble avoir rendu son tablier blanc.

Si encore on nous avait passé en boucle la chanson d’Eddy, vous savez? «  La dernière séance »? on s’y serait fait doucement…

Bien sûr, on peut toujours regarder la TV mais le Cinéma, celui qui vous fait rire, frémir, soupirer d’aise ou d’émotion au diapason de toute une salle, celui-là manque cruellement.

Le site Cheznoo annonçait un cinémathon pour ce week-end, j’ai failli me lancer dans un numéro de claquettes improvisé tant la nouvelle me semblait prometteuse, sauf que cela se passe à Miquelon et qu’à moins de prévoir la traversée, Saint-Pierre devra cette fois encore se contenter du petit écran.

Alors, vous savez quoi demander au Père Noël…rendez-nous le 7ème Art pour les fêtes!

Le temps des faisans…

Bientôt l’ouverture de la chasse et déjà les faisans sont lâchés. On peut les voir décoller lourdement à l’approche des marcheurs,enfin, quand je dis l’approche, il est presque possible de leur marcher sur les plumes tant leurs réflexes sont lents! Ils ont l’air étonnés de découvrir la liberté et ils ont intérêt à en profiter vite fait parce que le moins qu’on puisse dire c’est que leurs performances ne laissent pas béat d’admiration.Une fois les fusils en face d’eux, pas sûr que la chasse soit très sportive!
C’est un peu comme si, au lieu d’acheter de la façon la plus banale qui soit, un poulet au rayon volaille de mon supermarché( vous savez, là où les poulets attendent tranquillement de passer à la casserole, nus, les pattes bien rangées et tout et tout), je décidais de m’en faire livrer un vivant, de le mettre au frigo le temps qu’il soit un peu calmé ( refroidi aussi, ça l’habitue…) et de lui ouvrir d’un coup la porte pour le dégommer au petit plomb dès qu’il montre son bec.
Ce serait une manière de mettre du piment dans la préparation du repas dominical. Qui sait? On pourrait ensuite plumer l’animal tout en chantant avec les enfants “Alouette, gentille alouette” ce qui à coup sûr ferait naître chez eux une vocation musicale ou militante version Greenpeace.
Ceci étant, si le volatile sus-nommé ressemble à un petit dindon, il semble également en avoir le peu de jugeote, preuve à l’appui:celui que j’ai croisé ce matin est resté à un mètre de moi, visiblement convaincu de son invisibilité, il a fini par décoller avant la rencontre du troisième type mais tout juste. Alors? Vous le trouvez sur la photo? Plus fort que l’autruche…le faisan de Saint-Pierre , mais peut-être que, venant du Canada, c’est juste pour lui un problème de traduction, il n’a pas tout compris et se demande où il a atterri…septembre2017 033

J.T d’été…R.A.S, on bronze!

bronzetteC’est moi qui délire ou le monde qui arrête enfin de maltourner?

Si vous avez la curiosité et le temps de regarder les infos nationales pendant la période estivale, vous pourrez probablement constater un curieux phénomène. Si l’on ne tient pas compte des évènements vraiment exceptionnels, attentats, incendies galopants, transferts de joueurs de foot à grand coup de chéquiers…l’actualité du jour tourne autour du thème bisounours, chatons coquins, concours de pétanque et courses diverses et variées. Tiens donc?

Il n’y a donc plus ni magouille politique ( normal, la saison des élections est passée) ni détournements de fonds, ni massacre ou famine?

C’est formidable que tout s’arrange pour qu’on puisse se dorer la pilule sans culpabiliser mais quand même, ça donne à réfléchir: nous prendrait -on pour des andouilles?

Il y a bien quelques allusions à La Syrie mais franchement il faut être naïf pour imaginer que tout s’arrête le temps de retrouver les journalistes stars du J.T. Qui fait l’info? La chaîne ou la réalité?

Reste la radio pour que le choc de la rentrée ne nous mette pas K.O…

PS/ Mea culpa, les œufs contaminés font la une ce matin, calibrés trop gros pour qu’on en retarde l’éclosion sur nos écrans?