Une valse à mille temps, ce sont bien sûr les paroles de Brel qui résonnent à l’oreille, mais ce roman, « vintage » selon l’éditeur, nous en donne une autre version tout aussi convaincante. Les demoiselles Curtis, Kate et Olivia, la plus jeune, sortent dans le monde. Olivia vient de fêter ses dix-sept ans et attend de ce premier bal monts et merveilles. De danse en danse, d’attentes en désillusions, elle découvre la vie au fil des valses et de son imagination riche et exaltée . Du jeune blessé de guerre au barbon libidineux, la candeur de son regard dresse un portrait plein d’ironie de la bourgeoisie anglaise de l’entre deux guerres, guindée et désuète mais aussi tentée par d’autres musiques. Valse ou jazz ? Telle est peut-être la question que l’Histoire balaiera quelques années plus tard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s