Étrange roman que celui de Joann Sfar, on y retrouve l’humour grinçant qui séduisait le lecteur du Chat du Rabbin et toujours la question du judaïsme traitée sur un mode pour le moins original, entre vampire juif bien intentionné et père qui se débarrasse de sa circoncision ; Cela peut paraître loufoque, normal, ça l’est, mais cela fait réfléchir aussi au curieux destin du peuple apatride et l’actualité politique y est tournée en dérision de façon plutôt efficace. Nos présidents successifs ne s’en sortent ni indemnes ni grandis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s