Merfer, de China Miéville | limaginaria

Imaginez Moby Dick sur rail et terre ou Robinson sans cocotiers, China Miéville a la culture littéraire vagabonde et joue à mêler son imagination à celle des grands maîtres du roman d’aventures.

Son monde est un univers où les rails sont les seules voies suivies, où la terre bruisse de vies devenues monstrueuses, créatures de cauchemars à dards et à pinces, prédateurs impitoyables pour ce qui reste de l’humanité.

Le personnage principal, Shann, orphelin soigneur du Médès, va découvrir un étrange objet à bord d’une épave ferroviaire et cette trouvaille va le mener aux confins du monde, vers les larmes du Paradis et les mythes perdus.

Si le début peut agacer par sa référence plus qu’appuyée à Melville, on se laisse prendre au charme de cette réécriture finalement fort inventive et cultivée, les personnages prenant peu à peu leur indépendance littéraire pour nous mener au bout des rails !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s