rafaleUn roman écrit par quelqu’un qui vit sur l’archipel, forcément, ça donne envie d’aller y voir de plus près, sauf que cette fois, il ne s’agit ni d’un roman familial ni d’un roman historique mais d’un polar.

On connaissait La morue voit rouge de Sandrine Pautard dont l’intrigue se situait à l ‘île aux marins dans le contexte de la grande pêche. Ici, l’archipel n’apparaît qu’à l’approche du dénouement, presque par ricochet et on se est le plus souvent dans un univers urbain contemporain assez sordide de la Belgique à la Lorraine en passant ( sans sabots!) par les Shetland d’Écosse, les bayous de la Louisiane et le Canada.

On y suit Alex, jeune femme marquée dans tous les sens du terme, tueuse ou victime, on hésite.

L’intrigue est fort bien menée mais cette plongée vers les confins de la folie m’a un peu laissée sur la touche dans la mesure où je n’ai pas réussi à m’attacher à l’héroïne par manque d’empathie, un peu comme s’il manquait ce je ne sais quoi qui fait vibrer le lecteur à l’unisson du héros. Le personnage le plus attachant se fait débarquer d’une pichenette désinvolte et nous laisse orphelins, sans attache affective. Il y a aussi une enquêtrice perdue dans le sous-sol de son commissariat mais là encore difficile de se passionner pour ses états d’âme et c’est dommage.

Lecture mitigée par conséquent, à tenter pour se faire sa propre opinion et pour les références musicales et littéraires qui donnent envie de relire illico Lautréamont!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s