soeurs7 Sœurs, 7 romans annoncés.

Je ne suis pas trop fan de romance mais j’avoue avoir suivi avec plaisir les héroïnes . Trois des romans sont actuellement sagement rangés sur les rayons de ma bibliothèque municipale préférée , les autres n’y sont pas encore mais certains n’ayant pas encore été écrits ou traduits en français, normal!

La bonne nouvelle c’est que chacun des volumes de cette série peut se lire indépendamment des autres . Le premier: Maïa, commence avec la mort d’un père pour le moins original. Milliardaire suisse, il a adopté six filles aux quatre coins du monde et les a fait grandir sur l’île idyllique d’Atlantis, petit paradis près du lac Léman.

Lorsqu’on annonce son décès, les sœurs dont les prénoms font référence aux sept sœurs de la Pléiade ( révisez votre mythologie!!)se retrouvent pour l’ouverture d’un testament des plus curieux qui va permettre à chacune de choisir ou pas d’aller à la découverte de ses origines.

Chacun des romans débute avec ce passage essentiel de l’intrigue, seul le point de vue change selon la personnalité de l’héroïne. Maïa, la première, va ainsi filer au Brésil où son destin croisera les traces du sculpteur Paul Landowski, artiste dont le Christ rédempteur veille sur Rio.

La deuxième, Ally, ou Alcyone, navigatrice hors pair, va tout perdre puis retrouver goût à la vie en Norvège où son destin croisera celui du compositeur Edward Grieg. La musique est au cœur des péripéties du roman et on vibre au rythme des concertos passés et à venir entre l’histoire troublée du début du XXème siècle et celle, plus contemporaine, du personnage féminin.

La troisième, Astériope dite Star, suivra les traces de son aïeule et rencontrera l’ombre de Béatrix Potter. « Sœur de l’ombre », moins flamboyante que les deux premières héroïnes de la série, elle aussi ira au bout de l’aventure.

Avec la référence à la Pléiade, on attend sept sœurs, or on sait très tôt qu’il manque la dernière: Mérope, mais les romans croisent des pistes que l’on a envie de suivre, ne serait ce que pour savoir si on devine la suite.

Ces romans ne sont peut-être pas destinés à laisser un souvenir impérissable mais se lisent avec plaisir. Happy end garanti, du moins je le suppose, les derniers n’étant pas écrits . Les aller-retours entre présent et passé sont instructifs .

Il y a des clichés, et alors? Après tout les stéréotypes ont cela de rassurant qu’ils nous déçoivent rarement et tant pis si on se laisse mener par le bout du nez, les histoires sont ficelées avec art. Bref, pourquoi pas une lecture pour cet été?

Une réflexion sur “Les sept sœurs, Lucinda Riley

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s