Songe à la douceur, Clémentine Beauvais, 2016

douceurdoucOn n’est pas sérieux quand on a 17 ans…Vous reconnaissez les vers?

Ce roman démontre au contraire que c’est peut-être l’âge de la vie où on est le plus sérieux, le plus sincère .

Réécriture originale du roman de Pouchkine, Eugène Onéguine, Songe à la douceur nous emmène en douceur, en vers et avec humour sur les traces des héros russes. La mise en page est inventive, les vers libres. L’époque a changé, les missives enflammées ont laissé la place aux textos mais les palpitations du cœur y sont tout aussi périlleuses.

L’intervention régulière d’un Narrateur ironique et critique, qui nous tutoie parfois, est pour beaucoup dans la réussite de ce roman peu ordinaire. Les prénoms des personnages ne changent pas, leurs émois nous font passer de l’enthousiasme à l’effroi, de l’espoir au renoncement. Il y a du tragique, bien sûr, l’héritage russe ne peut se renier, mais la fantaisie de l’écriture est un régal et on referme le livre à regret, laissant les personnages poursuivre un destin qu’on nous laisse imaginer.

Entrez dans la danse, Jean Teulé, 2018

danseC’est d’une danse macabre qu’il s’agit, on pourrait s’en douter à voir l’illustration en couverture, c’est aussi un roman inspiré d’un curieux épisode de l’histoire des habitants strasbourgeois.

1518: une épidémie de chorée frappe la ville. Une quoi? Le nom de cette maladie ne vous dit rien? Normal, ce genre d’affection n’est heureusement pas monnaie courante, fruit du désespoir le plus noir, de la misère, de l’innommable.

Les premières pages sont toutes de douceur et d’attention, celles d’une jeune mère pour son enfant mais tout bascule très vite dans le morbide le plus sordide pour donner naissance au malade zéro, celui par qui tout commence.

On retrouve dans ce roman la verve de Jean Teulé, plus sage que dans Héloïse, ouille! qui outrait le côté partouze scabreuse de la légende médiévale jusqu’à la lassitude voire l’écœurement.On grince des dents devant la rapacité d’un clergé bouffi de suffisance et d’écus, on grimace face aux souffrances des gens de la ville et l’impuissance du bourgmestre.

Beaucoup de dialogues, un peu d’alsacien, quelques anachronismes ( « Et tu danses avec lui! La tête sur son épaule… ») et un vocabulaire tour à tour médiéval ou contemporain, on ne s’ennuie pas une seconde entre la naissance du calvinisme, les magouilles ecclésiastiques et les menaces de l’invasion turque!

Chanson de la ville silencieuse, Olivier Adam, 2018

chanson«  Je m’installe en bordure »

Cette phrase que l’on découvre dans les derniers chapitres du roman me semble dépeindre avec fidélité le personnage de la narratrice du dernier roman d’Olivier Adam. Fille de rock star à la Gréta Garbo, elle est toujours un peu à côté de la vie et des gens. D’une enfance spectatrice discrète des débordements d’un père qui flirte avec  la folie, elle garde ce désir de s’effacer, de passer inaperçue que ce soit dans la vie des autres ou dans la sienne. Lorsque le père disparaît, peut-être mort, peut-être ailleurs, elle se remémore l’absent tant aimé malgré tout, le poète sombre ou flamboyant qu’elle n’a fait que côtoyer. Elle part sur les traces de l’icône, de l’improbable fantôme pour apprendre enfin à exister.

Beaucoup d’amour dans la démarche de cette fille qui aurait rêvé de normalité, beaucoup de finesse aussi dans l’évocation de la détresse de ceux qui se voient adulés par les foules sans jamais y trouver la sérénité.

Le mythe de l’artiste maudit n’a pas fini d’inspirer les auteurs et de remettre en question ce qui fait le bonheur ou le malheur d’une vie…

Considérations climatiques en images…

début mars2018 022Climat breton? Savoyard?Irlandais?

À S.P.M ( Saint-Pierre et Miquelon pour les gens de l’archipel), on dit souvent qu’il est possible de voir toutes les saisons en une journée.
Je confirme, sauf qu’en Bretagne ou en Irlande, on dit la même chose et , si on met la neige entre parenthèses, il est vrai que là-bas aussi on peut se réveiller avec le soleil, être douché à midi, frigorifié pour le coup d’thé et de nouveau retrouver le soleil pour l’apéro du soir. Alors, peut-être y a-t-il encore plein d’autres régions où l’expression sonne juste.

De toute façon, ça devient difficile de s’y retrouver, côté météo… La preuve? Le Sud de la France sous la neige en février alors que l’archipel était plutôt sous la pluie, plutôt inattendu , non?Y’a plus d’saisons ma bonne dame!

La différence ici est avant tout dans la lumière. Quand le soleil perce sur SPM, il donne l’impression de briller deux fois plus fort, de rendre les couleurs deux fois plus intenses,un peu comme les soirées du littoral breton mais cela à n’importe quelle heure de la journée. Le paradis des photographes…il n’y a qu’à regarder les livres et expositions consacrées à l’archipel pour s’en convaincre.
La preuve en images puisque ce mois de mars commence avec brio et même, enfin, un manteau blanc!

Invitation à la balade:début mars2018 064

Eau, glace, neige, déclinaison de températures en montagne25-02-2018 002

îlots gelés pour petit Poucet farceur25-02-2018 005

L’île aux Marins, impossible de s’en lasser!début mars2018 018

Graines de mars, à déguster sur place:début mars2018 021

Sur le port, les bateaux sont au repos,début mars2018 031

sous leur manteau de glace,début mars2018 032

ou de neige.début mars2018 033

En ville, les rares enseignes ( celles qui comptent, pas vrai?) se couvrent avec élégance:début mars2018 035

Certaines embarcations hivernent dans les jardinsdébut mars2018 037

Une idée: aller plus haut!début mars2018 058

Les arbres morts font la ronde,début mars2018 060

les autres attendent de se mettre au vertdébut mars2018 072début mars2018 071

La glace et l’eau se marient dans les étangs…début mars2018 069

Alors, il n’est pas beau ce mois de mars?

Frappe-toi le cœur, Amélie Nothomb, 2017

coeurExcellent cru que ce 2017 d’Amélie Nothomb!

Frappe-toi le cœur renoue avec la simplicité et l’efficacité des romans qui m’avaient fait apprécier cet auteur depuis son jubilatoire Hygiène de l’assassin en 1992.

Pas de prénom alambiqué cette fois-ci, exit les Hyacinthe, Prétextat , Celsius et autres curieux patronymes auxquels on commençait à s’habituer, le premier personnage dont on fait la connaissance ici se nomme tout simplement Marie. Voilà qui est louche! En fait c’est à sa fille , Diane ( un peu de mythologie quand même!!!) que va tout l’intérêt et la sympathie du lecteur.

À travers son regard d’enfant, on découvre la folie maternelle, sa jalousie, sa toxicité qui ne font que donner plus d’éclat encore à la lucidité de Diane.

À travers son regard d’adulte, on mesure les gouffres qui s’ouvrent quand l’amour parental fait défaut.

Impossible de détailler l’intrigue sans frustrer le plaisir du lecteur à venir mais les personnages féminins sont un régal. Comment grandir lorsqu’on sait qu’on n’est pas ou mal aimé? Peut-on échapper à son enfance?

Ce sont quelques unes des nombreuses questions posées par ce roman.

Le roman d’Ulysse, Simone Bertière, 2017

ulyssePeut-être la lecture du dernier roman d’Eugène Nicole, Le retour d’Ulysse à Saint-Pierre, vous aura-t-il donné envie de rafraîchir vos souvenirs non pas de l’Ulysse de Joyce mais de celui, flamboyant, de l’épopée homérique?

Si c’est le cas, Le roman d’Ulysse de Simone Bertière n’attend que vous pour raviver l’éclat du récit mythologique.

L’auteur y met en scène un héros un brin désabusé après son retour à Ithaque. Vainqueur des prétendants de son épouse, il laisse le trône à son fils et se retire , désœuvré et inquiet quant à la postérité de sa gloire. Qu’à cela ne tienne, Euphore, jeune chevrier se découvrant la vocation d’aède, va tisser pour lui le chant de ses exploits en l’invitant à narrer ce que fut son retour de Troie.

La plupart des épisodes sont connus mais abordés ici d’un double point de vue, celui, pragmatique du Narrateur-héros, et celui, plus inspiré, du poète destiné à les chanter. Le dialogue est intéressant mais pour ma part, je donnerai la préférence au texte antique. C’est qu’il est difficile de passer après Homère et l’auteur l’avoue lui-même dans la postface!

Le roman n’a pas la prétention de surpasser l’original mais il lui donne une touche de concret qui peut justement donner envie d’aller puiser aux sources de l’épopée originelle. Et pour ceux qui souhaitent une version abordable et contemporaine de la mythologie troyenne, ce récit tombe à pic!

Pour les autres….reste le péplum Troie réalisé par Wolfgang Petersen , Brad Pitt en jupette, pourquoi pas?

Le livre d’un été, Tove Jansson

étéPlutôt que du livre « d’un été », c’est du livre « des étés » dont il faudrait parler puisque Tove Jansson évoque les récurrences d’une saison depuis le point de vue de Sophie, tantôt toute petite, tantôt en bute aux prémices de « l’âge ingrat ». On n’aura pas plus de précision temporelle mais le temps du souvenir, s’étire à l’infini sur la petite île de Finlande où l’enfant passe ses étés en compagnie de son père et de sa grand-mère.

Des adultes, on ignore le nom. Le père, taiseux, vaque à ses occupations tout en veillant sur sa famille. La grand-mère, qui peine parfois à trouver son équilibre, n’hésite pas quant à elle à suivre sa fantaisie et celle de sa petite fille. À deux, elles arpentent l’île dont elles connaissent la moindre plaque de lichen, la moindre brindille des arbres tordus par les éléments. Rien ne leur est interdit, grimper plus haut qu’il n’est raisonnable pour Sophie, fumer ou crapahuter à quatre pattes pour la grand-mère. Un tout petit livre qui se déguste par petites bouffées de bonheur, celui tout simple de vivre sur un caillou au plus près des éléments, celui, nostalgique parfois, d’une enfance où tout est possible, surtout ce qui semble ne pas l’être.

On sourira de la naïveté de l’enfant et de la complicité des adultes. L’archipel finlandais où il est mal vu de fermer la porte à clé semblera peut-être familier aux lecteurs de Saint-Pierre et Miquelon, l’évocation des tempêtes, du vent, des colères de l’océan ne pourra les laisser indifférents. Quant à la relation entre l’enfant et sa grand-mère, elle fait rêver entre douceur et délire, colère et fantaisie, c’est LA mamie qu’on espère tous avoir.

L’auteur est une star dans son pays, il est plus que temps de la découvrir ici!