brocante

Pour bien commencer l’année, dépaysement culturel garanti avec ce roman japonais trouvé sur les étagères de la bibliothèque de Saint Pierre, dépaysement qui tient d’ailleurs plus à la description des comportements qu’aux décors !

Délicatesse, souci des convenances, extrême importance de la politesse, les vertus nippones prennent ici tout leur sens mais on retrouve aussi dans ces pages les intemporelles hésitations du cœur. Celles des jeunes filles comme Hitomi, employée de la fameuse brocante et  celles de leurs aînés, qu’ils soient masculins à l’image de Nakano, propriétaire de la boutique, ou féminins comme Nasayo, sœur de celui-ci.

Les objets vont et viennent, parfois lestés de l’histoire de leur propriétaire.La sensualité se niche aux endroits les plus improbables,dans la courbe d’une coupe, l’esquisse d’un corps, les poupées fabriquées par Masayo.

Ce roman  n’est certes pas une épopée ou alors l’épopée des petits bonheurs et malheurs de l’existence. Si le titre n’avait été pris, il aurait pu s’appeler « La délicatesse » tant l’écriture et l’histoire sont légères. Les intrigues amoureuses se croisent, se tissent ou se défont au gré des hasards et des hésitations sentimentales. La vie, quoi!

Et les flocons sont appelés « fleurs de vent », poétique, non?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s