esquisse

Encore un auteur venu du nord, encore un auteur dont le nom ne va pas être facile à retenir…

Si vous avez envie d’une virée en Islande, ce roman est pourtant le compagnon tout désigné pour une escapade exotique.

Karitas, l’héroïne, naît dans le nord ouest et va parcourir son pays après un séjour à Copenhague où elle étudie l’art. Sa mère, veuve, s’est promis de permettre à ses enfants de faire des études ce qui en 1915 relève du défi, en particulier pour les filles!

Son obstination aura raison de tous les obstacles. La pauvreté, les préjugés, la rigueur du climat ne pourront l’arrêter. Armée de ses aiguilles à tricoter et de son courage, elle surmontera tout mais est-ce suffisant pour offrir le bonheur à tous?

Les relations entre sœurs sont loin d’être simples, les amours, les envies diffèrent et créent parfois des jalousies lourdes de conséquences. Karitas a promis de tout donner à l’art mais la vie la rattrape et l’issue de la lutte qu’elle a choisi d’engager est loin d’être évidente à gagner.

Les chapitres alternent narration classique et description de dessin ou de tableau. Dans ce dernier cas, le procédé est précis, presque ritualisé, à chaque fois un titre( ou l’absence d’un titre), une date et l’évocation d’une scène très picturale à laquelle sont associés un souvenir, des sentiments, des sensations.

On a l’impression de voir l’image naître sous nos yeux:

«  Les tabliers de ma mère.

Trois grands tabliers, blancs et solides.

Les plastrons pendent la tête en bas, les rubans que l’on noue à la taille se bagarrent avec frénésie.

Ma mère apparaît alors sur le perron. »

Les esquisses deviennent dessins puis tableaux, assemblages, collages. L’artiste évolue vers une représentation de plus en plus personnelle et c’est passionnant, un peu comme si l’on était caché dans un coin de l’atelier, à essayer de comprendre l’étrange alchimie qui donne naissance aux œuvres d’art.

Alors? Prêts pour le voyage? Je ne résiste pas à la tentation de citer l’incipit du deuxième chapitre, prémisse au dessin des tabliers maternels qui suivra bien plus loin dans le roman:

«  La corde à linge chanta dans l’air glacé lorsque les sœurs la touchèrent, les tabliers qu’elles y avaient étendus à sécher s’étaient battus les uns contre les autres, dans le froid, ils s’étaient entortillés et raidis par le gel! »

Dépaysant? Non?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s