zibelineUne aventure du XVIIIème siècle, écrite à la manière des écrivains de cette époque, quelle bonne idée!

Certains passages de ce livre m’ont fait penser à la Manon de l’abbé Prévost, d’autres à la Nouvelle Héloïse, en plus aventureux. C’est sous le patronage de Rousseau ( aie!)mais aussi des libertins ( chic!) que Jean Christophe Rufin a choisi de donner vie à l’épopée vraie du très historique comte Benjowski et de sa compagne.

Le récit est alterné, on a ainsi deux points de vue, celui, masculin, du comte et celui , féministe avant l’heure, d’Aphanasie. Tous deux sont épris de liberté et leurs voyages vont les confronter aux paradoxes de ce monde dit  » des lumières » qui oscille entre guerre et désir de paix, clairvoyance et obscurantisme des préjugés. De la Sibérie à Madagascar en passant par la Chine et le nouveau monde, on croise Diderot et Benjamin Franklin, Helvétius ou l’ombre de Bougainville. Le récit n’est jamais ennuyeux et on se prend à rêver d’autres rivages où une société paisible et égalitaire pourrait voir le jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s