Chapeau!

diplome chap

Chapeau!

Et ce n’est pas chapeau bas mais plutôt lancer de chapeaux plats pour la fiesta qui précède à Saint-Pierre l’annonce officielle des résultats du BAC.

Bon, le nom donné au bal , pris littéralement, n’invite pas à l’optimisme « Bal des finissants », ça fait un peu retraité, fin des haricots…remise de peine, j’en passe et des meilleures mais avec un peu de bienveillance on peut y voir aussi la tâche achevée et la fin comme le début d’autre chose. Après tout, la fin du secondaire c’est pour beaucoup une étape vers la vie d’étudiant, le grand « lâcher de poussins » pour les parents, bref, on passe aux choses sérieuses.

On quitte son lycée, normal mais souvent aussi sa ville et sa famille.
Dans l’archipel on dit qu’on part « aux études » , un peu comme s’il s’agissait d’un départ vers un pays différent. Logique.

Ici, les études supérieures ne peuvent s’envisager qu’en Métropole ou au Canada. Les jeunes de Miquelon ont déjà un avant-goût du voyage à leur entrée en seconde,le seul lycée de l’archipel étant à une heure de bateau pour eux, cela les oblige à rester la semaine à Saint-Pierre, logés chez l’habitant ou dans la famille pour les plus chanceux. C’est pareil en Métropole pour les jeunes de l’île d’Yeu par exemple, sauf qu’ici il n’y a ni cantine ni internat, ce qui complique tout de même les choses!

Pour les Terminales ( et avec 100% de réussite au BAC pas un n’y échappe) le mois de juillet est donc celui du grand départ mais avant , c’est la fête!

Bal des finissants à l’américaine avec robes longues mais aussi valse musette, remise des diplômes ( faux mais prémonitoires) photos entre les deux parents…soirée mémorable qui se termine inévitablement au Joinville, unique discothèque de l’île.

Deux jours plus tard, annonce des résultats et re-fête en famille et amis, toutes générations confondues dans le bar où on chante en prévision aussi de la fête de la musique ( le droit au cumul est légal dans ce cas!) ensuite commence le marathon de l’installation ailleurs….

Les jeunes de Saint-Pierre et Miquelon se dispersent vers d’autres contrées, ils reviendront l’été prochain mais ça c’est une autre histoire…lancer

Nos étoiles contraires, John Green, 2014

étoiles

Encore une histoire d’amour, encore une histoire d’ados…oui mais:
On a beaucoup parlé du livre à sa sortie , du coup je ne l’avais pas lu, ça peut sembler bizarre mais j’ai le même problème avec les gros succès cinématographiques, en entendre trop parler m’en éloigne pour un temps. Peut-être par envie de ne pas suivre un chemin trop balisé? Quoiqu’il en soit je finis bien souvent par lire ou voir les succès du moment, après LEUR grand moment, histoire de vérifier qu’ils tiennent la distance.
Et Nos étoiles contraires ne m’a pas déçue.
Je n’avais pas trop aimé Qui es-tu Alaska? du même auteur mais là, je me suis laissée embarquer. Deux adolescents amoureux et cancéreux, le pitch n’invite pas forcément à l’optimisme sauf que l’envie de vivre de ces deux-là est contagieux et relativise nos petits soucis quotidiens.
Évidemment c’est triste, le contraire serait surprenant mais la description des moments de grâce est pleine d’espoir, on s’accroche aux bonheurs éphémères avec d’autant plus d’ardeur qu’on les sait passagers.
La description des parents est touchante, très juste et si on pleure beaucoup dans les derniers chapitres ( enfin, moi du moins) on referme le livre avec le plaisir d’avoir côtoyé la vie dans toute sa force et sa fragilité, tant pis pour le cliché! L’humour des personnages nous emporte, comme un pied de nez à l’injustice de la maladie, et c’est tant mieux.

Brume de capelan, vapeur de korrigan, voile de fée et rivages enchantés…

claude et christiane juin2017 017claude et christiane juin2017 003

C’est coiffé à la Terre-neuvienne que le grand Colombier* nous est apparu jeudi dernier

claude et christiane juin2017 116

Aux premières loges: pingouins guillemots et macareux, mouettes tridactyles, sternes et fous de Bassan font le show alors qu’au loin patrouillent rorquals et dauphins.

sortie_zodiac_ecole_voile_juin_2017 037sortie_zodiac_ecole_voile_juin_2017 082sortie_cap_percé_juin_2017 053sortie_cap_percé_juin_2017 049sortie_cap_percé_juin_2017 019sortie_zodiac_ecole_voile_juin_2017 015

La saison des amours bat son plein, sur les voiles blanches de Langlade, les phoques veillent sur leur pouponnière. Chut! Ne pas déranger…

sortie_zodiac_ecole_voile_juin_2017 126 sortie_zodiac_ecole_voile_juin_2017 129

Plus loin, la foule …

sortie_zodiac_ecole_voile_juin_2017 063

*Grand Colombier: petite île de l’archipel qui sert de nichoir à de nombreux oiseaux.

 

 

La mort nomade, Ian Manock, 2016

mort

Pas mal de monde dans le désert ces temps-ci et quel désert! Celui de Mongolie, perdu aux confins de l’Asie, là où l’ex-commissaire Yeruldelgger a décidé de planter sa yourte.

Deux cavalières, un jeune mineur, une flic agitée de la gâchette, la solitude de la retraite n’est décidément plus ce qu’elle était et les meurtres rituels qui vont se succéder ne vont pas favoriser la méditation.

Amours nomades ou amours impossibles, le cœur se mêle aux affaires sordides d’un pays dépecé par les multinationales et les intérêts étrangers.

Cerise sur le polar? Un mystérieux sniper qui joue à pile ou face le destin des uns et des autres.

On en apprend beaucoup sur les traditions mongoles et sur les luttes qui détruisent un pays que la richesse transforme en proie facile. Le sable du désert de Gobi s’invite lui aussi dans l’intrigue comme s’il tentait encore de protéger une terre éventrée que les soins des nomades avaient jusque là préservée. Un roman qui se lit avec beaucoup de plaisir et des personnages féminins qui peuvent en remontrer aux plus costauds!

Iceberg en mai….fais ce qu’il te plait?

Pas vraiment, du moins en ce qui concerne la température, un petit deux degrés au niveau de la mer pour un 29 mai ce n’est pas terrible!twinllingate 05_2017 014twinllingate 05_2017 017twinllingate 05_2017 040twinllingate 05_2017 020

 

 

Terre-Neuve est prisonnière des glaces et les pêcheurs pestent de ne pouvoir sortir mais que c’est beau!

Les formes sont étranges, petites ou grandes, le paysage est magique!twinllingate 05_2017 031

twinllingate 05_2017 073twinllingate 05_2017 034twinllingate 05_2017 037

La couleur des maisons , celle du ciel, tout éclate de lumière!

 

Le village est cerné :twinllingate 05_2017 058

twinllingate 05_2017 078

Au loin passent les géantstwinllingate 05_2017 102

twinllingate 05_2017 085twinllingate 05_2017 083twinllingate 05_2017 088twinllingate 05_2017 090twinllingate 05_2017 095

Et pour finir, un tableau zen?twinllingate 05_2017 065

 

N.B: photos prises à Twinllingate du 24 au 28 mai