miss charity

Derrière ce titre se cache une très vieille amie des enfants et des parents…Un indice?

charity 1

La très jeune Charity est fille unique  au sein d’une famille très respectable de l’Angleterre victorienne, vous savez, cette reine qui couvrait les jambes des fauteuils pour éviter l’indécence de leurs jambes nues! Dans la société de l’époque, le travail est réservé aux déclassés mais alors, que faire de sa vie quand on est curieux, avide de connaissances et allergique aux travaux de dames?

S’écrire des lettres pour son prochain anniversaire en tentant de deviner ce qu’on sera devenu ne peut suffire aussi Charity expérimente-t-elle toutes sortes de dérivatifs: apprendre Shakespeare par cœur, étudier les moisissures, inviter dans la nursery toutes les créatures à plumes, poils ou carapace qui croisent sa route…

Autant dire que cela fait beaucoup de monde et que la petite fille passe très vite pour une originale! Elle grandit , élevée par une nurse dangereusement cinglée et une adorable préceptrice française, entre les légendes sanglantes racontées par la première( mais s’agit-il de légendes?) et les marivaudages lus par la seconde. Un mélange détonnant qui n’est pas forcément du goût de son entourage.

La découverte de l’aquarelle va lui ouvrir de nouveaux horizons et décider de sa destinée en lui permettant de donner vie à sa ménagerie. Lapins, souris deviennent les héros d’histoires qui enchantent les enfants et libèrent Charity.

Si on ajoute à cela l’humour de Marie-Aude Murail et une intrigue sentimentale qui rappelle parfois les délices des hésitations à la Jane Austen, on a une idée du charme de ce roman.

Un exemple pour sourire?

« Mary partit avec moi acheter un lapin au marché.

Mary: Votre père les aime beaucoup

Mais c’était en pâté (…)Il aurait fait un bon petit compagnon autant qu’un bon pâté(…) Je joignis les mains(…) Le lapin eut droit à un sursis et dès qu’il fut en sûreté dans la nursery, je lui cherchais un nom.

Tabitha: Appelez -le Pâté, ça l’habituera

Je suivis sa suggestion. Pâté était un lapin très peureux, ce qui se comprenait dans sa situation. »

Et si en plus vous aimez Béatrix Potter et les biographies romancées….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s