Mal de pierres ou d’amour?mal de pierres

Les deux se rejoignent dans ce roman italien où l’héroïne, grand-mère de la narratrice, traine sa folie pas si douce dans la mémoire de sa petite-fille.

Poète maudite à une époque où la littérature est considérée avec suspicion dans les milieux ruraux, les siens y voient la marque d’un dérèglement mental à cacher soigneusement pour préserver la réputation familiale.

Cédée à un veuf, engagée dans une relation où à défaut d’amour elle expérimentera maritalement les pratiques les plus en vogue des maisons closes de la ville, elle rencontrera les émois du cœur au hasard d’une cure.

Amour fantasmé ou consommé? C’est ce qu’on découvrira à la fin du roman.

Les personnages sont attachants mais il y a beaucoup de mélancolie dans cette description d’une vie qui semble passer à côté de l’essentiel, à savoir l’amour qu’on porte à ses proches. Le cœur et la raison cohabitent difficilement et leur incompatibilité laisse bien des regrets.

Les paysages italiens, Milan, la montagne sarde, la mer sont décrits avec délicatesse, on sent le parfum du sable et les brumes de la ville, un bien agréable voyage en somme!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s