Vraiment nouveaux, ces amants?

amants

Si sous le ciel de la littérature sentimentale ce n’est pas tout à fait évident, sous celui de la bibliographie d’Alexandre Jardin, ça l’est encore moins. Sa signature se reconnait dès les premières lignes et l’intrigue rappelle les grandes interrogations amoureuses du Zèbre ou de Fanfan. L’amour peut-il résister à l’usure du temps?

Le héros est cette fois un dramaturge fantasque qui cherche à vivre sur scène et à travers ses comédiens les fantasmes de sa vie rêvée, douce folie très masculine qui n’aura plus de frein dès lors qu’elle rencontrera son double féminin. L’écriture de plateau comme co-création, pourquoi pas?

Les chapitres sont les actes et les scènes de la rencontre amoureuse, de ses fulgurances et hésitations qui envoient tout balader: convenances, conjoints, pudeur, limites en tout genre. On va jusqu’au bout de ce roman mais l’impression de déjà lu fait regretter la fantaisie qui m’avait enchantée en 2004 dans la Révolte des coloriés, version ado du roman Les coloriés où la vie sans adulte d’une poignée d’enfants réservait bien des surprises au lecteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s