virevolte

« Virevolte », joli nom pour ce livre de Nancy Huston. Nom féminin et terme de danse également, ce qui convient parfaitement au point de vue du personnage principal. Tout commence dans l’émerveillement. Celui de l’amour, celui de la maternité, de la perfection des moments partagés, de l’harmonie des corps.

Puis une légère discordance, un corps qui ressent la fêlure de l’insatisfaction, des fillettes aimées, adorées mais perçues comme vampirisantes. Peut-on en vouloir à quelqu’un qui offre tout à la beauté, qui ne vit que pour donner vie aux émotions, les transfigurant en absolu, ouvrant au public les portes de l’émerveillement le plus pur? Les trahisons ici ne sont jamais sordides mais les blessures qu’elles ouvrent sont terribles. Les phrases, brèves, les mots choisis ont l’efficacité des sensations vécues. On se trouve au delà du jugement moral ce qui n’empêche pas l’émotion et pour les amateurs de danse,les chorégraphies décrites semblent vécues de l’intérieur ce qui est très agréable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s