appel-coucou

Le charme des enquêtes « à l’ancienne »

Pas de crime sadique ou de tueur en série mais un suicide décortiqué par les tabloïd, rabâché dans la presse jusqu’à l’écœurement et l’indifférence générale. Une affaire classée en somme, sauf que…c’est là qu’apparaît LE détective. Celui qu’on associe à Bogart et au faucon maltais. Solitaire, un peu alcoolo , loser au bureau miteux avec évidemment LA secrétaire canon qui se rend vite indispensable. Mais si les clichés ont la vie dure, c’est bien à cause de leur redoutable efficacité et du plaisir qu’ils procurent. L’auteur s’en set ici avec maestria en campant deux personnages émouvants. Lui, ex-militaire revenu d’Afghanistan, éclopé par la guerre et la vie. Elle, fiancée, enthousiaste et enchantée de son nouveau travail si ce n’est de son nouveau patron.

Tout cela dans le milieu du mannequina et des mariages d’intérêt. Ambiance mondaine et hypocrisie garanties!

Les indices sont maigres, on revient méticuleusement vers les faits à la recherche de la vérité, un peu comme dans un Agatha Christie et comme J6C Rowling est aux commandes derrière le pseudonyme de Galbrach, c’est avec intérêt qu’on attend de lire la suite de ce qui est annoncé comme une trilogie policière. La galerie de seconds rôles qui gravitent autour de la victime est croquée avec pittoresque et précision, le décor londonien joue sa partition attendue entre Tamise et brouillard, certains personnages croisés puis délaissés donnent envie d’être rencontrés de nouveau alors…suite au prochain épisode!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s