Pas vraiment roman policier, pas vraiment roman familial non plus malgré le soin apporté aux moments de confrontation père/fille, c’est plutôt la mort qui domine ici, héroïne sournoise qui envahit progressivement l’intrigue et les pensées du personnage principal, narrateur usé par la vie, amarré à son île comme une bernique à son rocher.bottes-usedoises

Sa vie semble courir à sa perte. Il est dépossédé de tout. De sa maison , de ses désirs amoureux ravivés par une dernière rencontre charmante mais impossible dans la durée, de sa maitrise des évènements. Il a beau surveiller régulièrement son pouls, celui-ci n’en fait qu’à sa tête au gré des déceptions ou surprises du jour. Ses voisins ne sont pas forcément ceux qu’il croit être, sa fille reste un mystère dont il ne fait qu’entrevoir la vie.

les incendies criminels qui ravagent l’archipel font monter la tension dans un paysage mélancolique mais l’intérêt du livre est dans les questions que se pose le personnage plutôt que dans un suspens policier.

Tout perdre pour se demander ce qui compte vraiment, ces « bottes suédoises » sont décidément surprenantes!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s