Les bottes suédoises, Henning Mankell, 2016

Pas vraiment roman policier, pas vraiment roman familial non plus malgré le soin apporté aux moments de confrontation père/fille, c’est plutôt la mort qui domine ici, héroïne sournoise qui envahit progressivement l’intrigue et les pensées du personnage principal, narrateur usé par la vie, amarré à son île comme une bernique à son rocher.bottes-usedoises

Sa vie semble courir à sa perte. Il est dépossédé de tout. De sa maison , de ses désirs amoureux ravivés par une dernière rencontre charmante mais impossible dans la durée, de sa maitrise des évènements. Il a beau surveiller régulièrement son pouls, celui-ci n’en fait qu’à sa tête au gré des déceptions ou surprises du jour. Ses voisins ne sont pas forcément ceux qu’il croit être, sa fille reste un mystère dont il ne fait qu’entrevoir la vie.

les incendies criminels qui ravagent l’archipel font monter la tension dans un paysage mélancolique mais l’intérêt du livre est dans les questions que se pose le personnage plutôt que dans un suspens policier.

Tout perdre pour se demander ce qui compte vraiment, ces « bottes suédoises » sont décidément surprenantes!

Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre, 2016

3-joursDans la page « Gratitude » de la fin de ce roman, Pierre Lemaitre évoque nombre d’écrivains dont il pense s’être nourri au cours de l’écriture. Si, à la lecture, j’ai en effet pensé parfois à Simenon pour l’ambiance pesante de la ville où se passe l’intrigue, l’auteur qui s’imposait pour moi le plus souvent est le grand absent de la liste. Lire la Suite

Allo???

Petit tour d’horizon, du côté des cabines téléphoniques je demande…Langlade en août

aout-saint-pierre-2016-146

et l’Irlande en passant par Belfast:

 

et devant la résidence de la reine, svpvacances-dete-juillet-2016-187!

Alors? Bleue ou rouge? Laquelle est votre préférée? Pour ma part j’ai un petit faible pour la bleue, sans doute pour l’assortir au soleil estival de l’archipel…

 

 

 

 

 

 

Riquet à la Houppe, Amélie Nothomb, 2016

Le Nothomb nouveau est arrivé!riquetPerspective alléchante au vu de ses premiers titres, je pense notamment à l’excellent Hygiène de l’assassin ou à Stupeur et tremblements,mais décevante  quand on retrouve immanquablement des personnages aux noms improbables, un goût du bizarre poussé jusqu’à la systématisation et une fin parfois si rapide qu’elle en semble expédiée.

Le crime du comte de Neville, publié l’année dernière était loin de me réconcilier avec cet auteur pourtant bien aimé il y a de cela longtemps.Et là, surprise! Riquet à la Houppe arrive avec son titre plein des promesses tenues par un des contes les plus ambigus de Perrault, mal connu des enfants, souvent oublié des adultes. Lire la Suite

Il est comment, le nouvel Harry Potter?

Heu…pour être honnête, la première surprise est d’ordre formel.harry-potter Il ne s’agit pas d’un roman mais d’une pièce de théâtre. Qu’à cela ne tienne, on commence la lecture au moment précis où se termine le dernier tome de la saga originelle. Tous les personnages qu’on a aimé et suivi de longues années sont là avec leurs rejetons, prêts à suivre les traces de leurs aînés en entrant pour la première fois à Poudlard. Plusieurs scènes rêvées par Harry adulte nous font revivre certains épisodes déjà lus dans les romans et on retrouve régulièrement le tournoi de la coupe de feu et son héros malheureux, Cédric. Les méchants font de brèves mais remarquées apparitions, l’intrigue nous fait voyager dans le temps de façon plutôt futée. Alors? Verdict subjectif: le suspens souffre du changement de forme narrative et l’imaginaire est comme plus à l’étroit dans les conventions scéniques. Sans doute faudrait-il voir cet « enfant maudit » dans les conditions d’un spectacle pour enfin se laisser emporter…