Petit éloge comparatif du bleuet de l’archipel

myrtillesAprès avoir écrit sur le bleuet canadien, gros remord, la cueillette à Saint-Pierre m’occupant une bonne partie du mois, il fallait d’urgence repréciser un point essentiel: étant donné le mal qu’on se donne , c’est forcément meilleur ici qu’à Terre-Neuve; d’ailleurs, c’est bien simple, nos voisins ne se rendent pas compte de ce qu’ils ratent!

Petit mémo pour eux:

1/ Impossible de jouer à qui trouve la plus grosse baie, elles sont toutes monstrueusement énôôôrmes, du coup, comment motiver les plus jeunes à crapahuter tout en cherchant LE bleuet qui leur assurera la victoire?

2/Vous pensiez faire votre gym du jour à baguenauder en quête de la belle bleue? Inutile, elle se donne à n’importe qui sur le bord des talus et on se retrouve obligé d’arrêter les roulés à la cassonade sous peine de devoir passer les journées en apnée pour que le joli bidon gagné à force de collationner ne fasse pas exploser la tirette du jean spécial rentrée dans lequel on pensait bien pouvoir se planquer .

3/ De retour à la maison, finies les vacances, au lieu de bidouiller tranquillement vos trois pots de confiture, vous vous retrouvez à la tête d’une PME de production saisonnière qui vous enchaîne aux fourneaux alors que le soleil est au rendez-vous et n’attend que vous.

Alors… on n’est pas mieux à cueillir par ici?

Bestiaire de l’archipel: à nageoires…

Sortie zodiac avec l’école de voile, que du bonheur!

sortie_zodiac_aout_2016-153
Salut final
sortie_zodiac_aout_2016-168
Les spectateurs habituels en pleine sieste
sortie_zodiac_aout_2016-176
Entrer une légende

La baleine à bosse fait son show:sortie_zodiac_aout_2016-186sortie_zodiac_aout_2016-204sortie_zodiac_aout_2016-195sortie_zodiac_aout_2016-210sortie_zodiac_aout_2016-211sortie_zodiac_aout_2016-212sortie_zodiac_aout_2016-213sortie_zodiac_aout_2016-214sortie_zodiac_aout_2016-215

sortie_zodiac_aout_2016-241
Salut final

Dommage que l’appareil photo ne soit pas plus rapide, on a même eu droit à des sauts, impressionnant!

Les Mains libres, Jeanne Benameur, 2005

Un livre posé, offert, les pages ouvertes comme une invitation, c’est ce que représente le quatrième de couverture de l’édition Folio des Mains libres de Jeanne Benameur.benameur

Le texte se lisant comme un cadeau, le choix est judicieux, la simplicité, l’évidence des deux personnages décrits captive de la première à la dernière ligne.

On est Me Lure, vieille femme meurtrie par une vie sans relief, sans enfant, sans amour peut-être. On est aussi Vargas, celui qui ne parle pas, qui prend et vagabonde.

« Un livre peut rester clos, ça ne fait rien. Il est. Quand même.Il dit tout de ce que celui qui l’a écrit a vécu au monde »(p 128 édition Folio)et ce « tout » rejoint celui de tout un chacun.

Peu de paroles donc entre les protagonistes de ce roman mais une vraie rencontre et une écriture limpide qui célèbre le charme des mots, ceux que l’on tait ou que l’on écrit et qui pèsent parfois plus que le verbiage incessant du quotidien.

On voyage dans les rêveries de Me Lure, on prend les images, les dessins de Vargas pour 160 pages de bonheur de lecture, le livre est un lien et on a du mal à lâcher celui-là!

Tags en vrac…

vacances-dete-juillet-2016-116Beaucoup de bâtiments abandonnés à Belfast mais beaucoup d’idées aussi pour leur redonner du peps!

De quoi mettre de la couleur dans la ville pour faire rêver les petits…vacances-dete-juillet-2016-127

et les plus grands!vacances-dete-juillet-2016-132vacances-dete-juillet-2016-129

Nom d’un bleuet!

aout-saint-pierre-2016-042
jolis bleuets Saint-Pierrais

J’avais déjà cueilli des myrtilles en Savoie, des brimbelles dans les Vosges, il était donc logique de me mettre aux bleuets à Saint-Pierre, tous ces petits noms désignant finalement le même bon vieux blueberry des anglophones.

J’avais donc attaqué la cueillette dès l’année dernière et ce jusqu’en octobre et , cette année, le mois d’août venu, me voilà repartie pleine d’allant, enthousiaste dès les premières baies mûres. Je les trouvais formidables, énormes, délicieuses, bref, les qualificatifs me faisaient défaut, c’est tout dire !

Sauf que…un petit séjour à Terre-Neuve plus tard, la vue des talus bleus de fruits m’a mis un coup au moral. Pas question de cueillette faute de récipient ad hoc et de retour par avion ! La frustration maximale pour une ramasseuse invétérée comme bibi.vacances-manu-2016-102

Ainsi, de retour sur le caillou, non seulement je déprime en voyant mon fond de bocal après une demi-heure de recherches intensives mais en plus j’ai l’impression que les myrtilliers se sont transformés en bonsaïs! Effet d’optique? Décalage temporel? Le mystère reste entier mais là, je craque et je me rabats sur les mûres.

Bon, pour être honnête, ma quête du graal bleu était un peu touristique, trop près de la ville et juste après un week-end ensoleillé, vu que je ne suis pas la seule à préparer les confitures d’hiver….pas très malin de ma part!

Allez, je m’y remettrai la semaine prochaine de façon plus sérieuse, en attendant, je rêve de mes bleuets canadiens, peut-être qu’en y croyant très fort ils vont finir par apparaître dans mes bocaux?vacances-manu-2016-101