Invité au salon du livre de Saint Pierre et Miquelon en mai 2015, Sylvain Tesson présentait ses récits de voyage , et ses titres: « S’abandonner à vivre », « Une vie à coucher dehors », « Dans les forêts de Sibérie » semblaient promettre au lecteur humour et dépaysement.tesson

Sa Bérézina à peine débarquée sur les présentoirs de la bibliothèque saint-pierraise s’est donc retrouvée chez moi assez naturellement et je ne l’ai pas regretté.

C’est en effet un grand plaisir que de suivre les pas de Napoléon à la suite de l’auteur. Dialogue avec la légende, écho de la déroute dont nous avons tous des images un peu stéréotypées, Sylvain tesson nous embarque dans sa drôle de machine à remonter le temps.

À bord de son side-car, antique résurgence de l’ère soviétique, aiguillé par la vodka et l’amitié de ses compagnons, il rappelle l’horreur de la débâcle aux « civilisés » que nous sommes mais aussi le charme de l’esprit slave et la grandeur des humbles qui donnaient leur vie sans compter , emportés par la légende napoléonienne.

Le livre refermé, des images d’espaces glacés s’invitent et donnent une furieuse envie de relire Tolstoï!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s