C’est le printemps! La preuve en images…

Mais non, il ne fait pas toujours froid à Saint-Pierre! et si certains paysages, tourbe et rochers, semblent lunaires; ici comme ailleurs, la nature s’éveille!

La preuve? Il suffit de se pencher.mai2016 010mai2016 009de chercher au ras du sol…mai2016 008ou de lever le nez!mai2016 046ici aussi le pissenlit est le roi de la saison, il affiche ses couleurs sans fausse modestie et quand la fatigue se fait sentir, on peut toujours choisir de se poser !

Le temps est aux baladesmai2016 043mai2016 035 que ce soit du côté du grand Colombier ou d’un petit coin de forêt.

Les arbres ont payé leur tribut et se transforment en sculptures improbables!mai2016 029mai2016 028mai2016 027

 

Et il est où le facteur?

Quand vous pensez courrier, d’ordinaire, vous pensez « poste » et/ou « facteur », l’un n’allant pas sans l’autre, ce beau métier étant source d’inspiration pour les auteurs qu’ils soient musiciens ( Moustaki http://www.dailymotion.com/video/x6bl01_georges-moustaki-le-facteur_news ) ou réalisateurs ( Postman ou Le Facteur au Québec , film américain de et avec Kevin Costner sorti en 1997 et adapté du roman de même titre de David Brin, publié en 1985.)

Mais dans l’archipel….. Lire la Suite

Iceberg en vue!

Week-end à Terre-Neuve pour un spectacle qui vaut le détour, de Saint-Pierre à Fortune, une petite heure de bateau, une virée en voiture et déjà les premiers iceberg sont visibles de la côte alors quand en plus on s’offre une virée en zodiac, c’est un vrai bonheur!

terre-neuvemai2016 045
Du côté d’Ellinson, première rencontre

 

terre-neuvemai2016 047

terre-neuvemai2016 046
Mémorial dédié aux marins, bronze d’un père qui voit son fils mourir dans ses bras lors de sa première campagne de pêche, si seulement il se retournait vers la mer!
terre-neuvemai2016 063
Départ bien emmitouflés

caméra mai 2016 003terre-neuvemai2016 075terre-neuvemai2016 084terre-neuvemai2016 076terre-neuvemai2016 082terre-neuvemai2016 081

 

terre-neuvemai2016 078

Les Litanies de l’Île-aux-Chiens de Françoise Enguehard

C’est pour échapper à la misère et à une vie de cultivateur que Victor Lemétayer l’arrière grand-père de l’auteur, quitte sa Bretagne natale au début du vingtième siècle pour aller chercher sur les grands bancs de Terre Neuve une vie plus douce.

Jeune et plein de fougue , il va faire la dure expérience du quotidien de ces marins qui choisissent l’exil et l’installation à Saint-Pierre et Miquelon. Le sentiment de liberté, l’amour et la peur de la mer , la beauté d’un archipel dur et à la météo capricieuse, tout cela se même au récit du quotidien de cet homme courageux.

Il lutte contre les éléments, contre les riches armateurs, contre sa famille et celle de l’élue de son coeur, Marie-Joseph Ménard, hésitante à l’idée de quitter sa Bretagne mais si éprise de son Victor qu’elle ne pourra résister .chiens Lire la Suite

CARTHAGE, Joyce Carol Oates, 2015

Je n’avais pas aimé le premier roman de Joyce Carol Oates que j’avais lu. Déconcertée par ce que je croyais être un roman policier et qui se révélait plutôt comme une peinture cruelle des rapports familiaux et de l’Amérique bien pensante.

Dans « Carthage », on retrouve les mêmes thèmes mais cette fois, je les ai trouvés passionnants.carthage

Le personnage principal est rebutant d’égoïsme , sa famille semble sortir d’une publicité vantant l’American way of life de certains films hollywoodiens.

Ce qui est marquant , c’est la description des hypocrisies du système américain, une naïveté originelle qui leur fait croire aux desseins de Dieu comme s’il n’avait que ça à faire! Et à côté de personnages profondément bons, gravitent les cyniques et les durs mais aussi les exclus. On suit les jeunes soldats partis se battre en Irak pour un mensonge politique, on va dans le couloir de la mort écouter les absurdités de gardiens corrompus d’un système qui bafoue la justice, on côtoie alcooliques et femmes battues et le voyage est passionnant!

L’écriture, les références érudites à Socrate ou Zénon ne ralentissent pas l’intérêt de l’intrigue , au contraire et si le titre évoque la cité détruite de l’Antiquité, le roman détruit avec efficacité l’illusion du bonheur américain.