Qu’est-ce qui peut faire d’un homme un Dieu?

Rien si on est sain d’esprit mais si on ne l ‘est pas, c’est la porte ouverte à tous les délires et le roman de Yasmina Khadra « La dernière nuit du Raïs » plonge avec acuité dans l’esprit retors du trop connu Mouammar Kadhafi.

On y retrouve le fou de Dieu au moment de sa débâcle, retranché dans une ville en ruine, doutant de tous sauf de lui-même. Tous les mécanismes de la mégalomanie la plus cruelle sont à l’oeuvre dans l’ esprit dérangé d’un tyran qui justifie les pires crimes par sa grandeur divine, son « élection » d’en haut.rais

L’auteur nous rend spectateurs du délire, l’écriture est claire, efficace comme toujours et on attend la chute avec patience. Le dictateur meurt sans grandeur, monstre dont on n’aura qu’effleuré la folie tant son aveuglement est obstiné.

Les femmes qu’il a détruites, les proches dont il s’est vengé,les exécutions sommaires destinés à panser la moindre blessure d’amour propre, c’est peu dire que l’on ne ressent pas d’empathie pour le personnage.

Même l’amour qu’il semble porter à son pays ne ressort pas intact de ses pages pourtant sobres.

L ‘amour du Moi paraît bien plus fort que tout autre attachement, monstre ordinaire devenu historique par la seule foi de son élection divine, terroriste d’État qui ne craint pas la mort et qui en cela n’est plus humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s