C’est vrai, il y a des spectres et les protagonistes du roman sont des fêlés de première catégorie mais le livre de Lydie Salvayre ne rejoint pas pour autant les rangs de la fantasy ou de la littérature de la folie.compagnie des spectres

Une folle qui lit Cicéron et Epictète, qui insulte les gens en mêlant les pires grossièretés à des mots comme « paralimomène » ou »concussion » mérite bien qu’on y prête attention! Lire la Suite

La dernière nuit du Raïs, Yasmina Khadra, 2015

Qu’est-ce qui peut faire d’un homme un Dieu?

Rien si on est sain d’esprit mais si on ne l ‘est pas, c’est la porte ouverte à tous les délires et le roman de Yasmina Khadra « La dernière nuit du Raïs » plonge avec acuité dans l’esprit retors du trop connu Mouammar Kadhafi. Lire la Suite

J’veux d’la salade!

Oui, je sais, il y en a qui chantent plutôt qu’ils veulent du soleil et quand je dis que je vis à Saint-Pierre et Miquelon, la plupart des gens, quand ils situent l’archipel, imaginent qu’on se gèle.

Et bien oui…mais non, il ne fait pas plus froid que dans certaines régions de France sauf qu’il y a le vent en plus et une lumière magnifique  dès que le soleil pointe un bout de rayon.

Non, ce qui me manque, c’est de la verdure fraiche dans l’assiette. Je m’explique, l’île est ravitaillée par le Canada via Halifax. or, quand le camion de primeurs arrive après le départ du bateau, raté, ma salade, au lieu de venir me réjouir les papilles dès le début de la semaine, va devoir attendre le prochain départ, huit jours plus tard!

Elle se retrouve donc à déprimer au fond d’un carton et arrive toute flapie dans les magasins saintpierrais. Regarder le rayon légume vous rend alors mélancolique pour la journée.Même en sortant le porte-monnaie, pas moyen  de ranimer la moribonde!

Pourtant, la salade est parfois à 3.50€!ça ne lui donne pas meilleure mine alors on se rabat sur les pâtisseries locales, réconfortantes mais, comment dire?  pas tout à fait équivalentes en termes de nutrition.

Du coup, on « collationne « beaucoup ici, que ce soit le matin ou l’après-midi et s’il y a des mauvaises langues qui en imputent la faute au climat, il faut que je rectifie l’info: tout ça , c’est à cause de la salade! Le jour où elle arrive guillerette, elle se retrouve dans l’assiette et ça fait un peu moins de place pour les roulés à la cassonade!

Bon, c’est pas tout ça, mais faut que je prépare la pâte à gâteau du jour parce que c’est lundi et que le bateau est en cours de déchargement, demain, j’irai voir si c’est une semaine « avec » ou sans verdure!

 

 

Des dangers du savoir-vivre: Les Catilinaires d’Amélie Nothomb

Que diable Cicéron vient-il faire dans cette histoire dont les protagonistes chenus vivent la retraite dont ils rêvaient au fin fond de la Campagne?

C’est que Monsieur est un ancien professeur de Lettres anciennes et , retraite ou pas, on ne se refait pas !

Madame, elle , a le charme des héroïnes juvéniles, fragile et déterminée, confiante, pas si éloignée de la Juliette shakespearienne dont elle porte le prénom.

Tous les ingrédients du bonheur sont réunis: maison idéale, isolement voulu, retraite, amour toujours vivace, tendresse…sauf que, même en pleine campagne, personne n’est à l’abri d’une mauvaise surprise, surprise incarnée ici pas l’unique voisin du couple dont la présence silencieuse et envahissante va remettre en question toutes les certitudes de ce bon professeur, narrateur du récit.

catilinaires

J’avais été enthousiasmée par le premier roman de l’auteur « Hygiène de l’assassin », mais un peu déçue par certains autres, aussi, ce Catilinaire, qui date de 1995 , m’avait-il échappé!

Quelle erreur! Si l’intrigue pourrait se résumer en une ou deux phrases, les errements du narrateurs sont bien plus complexes et le plaisir qu’on a à le voir se débattre avec les liens que sa trop bonne éducation a créé n’est pas sans une certaine perversité.

Dans certains cas, un peu de grossièreté est nécessaire mais comment se débarrasser du poids des habitudes lorsqu’elles font partie de ce qu’on est? Se connait-on vraiment un jour et quelle est la part du sauvage en nous?

Le pouvoir du langage est énorme ou nul mais il est ici maitrisé avec finesse et j’adore le dénouement!

Et pour les vacances?

 

Où vont les Saintpierrais lorsque vient le temps du farniente?
Deux options: l’une proche, l’autre plus éloignée.
La première est à portée de bateau, c’est Miquelon bien sûr mais j’en parlerai une autre fois.

En effet,l’hiver ayant déserté provisoirement l’archipel, je voulais être bien sûre de pouvoir chausser les skis ou à défaut, les raquettes.
La deuxième est plus à portée de vol, direction le Canada et , pour nous, plus précisément Québec ou notre envie de neige s’est trouvée comblée!
C’est donc à Mont Saint-Anne que nous avons posé nos valises pour les pistes sur les « côtes » comme ils disent là-bas.
Superbes côtes et surtout, vue magnifique sur le Saint Laurent.vacances d'hiver2016 017

Des descentes pour toute la famille, faciles ou carrément difficiles, avec de vraies bosses et un beau dénivelé, tout ça à 600 mètres d’altitude!

Quant aux températures, cette fois , pas de doute, c’est bien l’hiver, à moins 21, la question ne se pose plus et on se surprend à loucher sur les chaussures des québécois, fort bien équipés de semelles chauffantes dont ils discutent le réglage dans les télécabines.

Les montées sont d’ailleurs conviviales, les touristes sont peu nombreux et à chaque fois c’est l’occasion de faire connaissance, et d’où venez-vous? et est-ce que c’est la première fois…

Quand la fatigue se fait sentir, une pause à la cabane à sucre, vous savez, là où se dégustent les tires d’érable. Le mode d’emploi est simple dès lors qu’on a à sa disposition un bâtonnet, de la neige et une carafe de sirop d’érable. Démonstration en images:

 

 

Et en plus de l’accueil toujours chaleureux, si on veut prendre des cours de glisse, on a l’humour en prime!

L’ESF pourrait s’en inspirer, ce n’est même pas de la publicité mensongère…