Check-point Jean-Christophe Rufin Gallimard 2015

Le titre pourrait être celui d’un film d’action mais c’est bien celui d’un roman , roman qui a le mérite de poser bien des questions.
L’intrigue met en scène une jeune femme de 21 ans, révoltée de nature et bien en peine de savoir quoi faire de cette colère un peu indécise. Elle déteste , en vrac: les machos, la violence, la routine, la drague lourde et les non-dits lorsqu’ils sont menaçants.
Tout un programme!
C’est avec ce bagage qu’elle se retrouve embarquée dans une mission qui n’a d’humanitaire que le nom et qu’elle sillonne les routes en pleine guerre de Bosnie, flanquée de compagnons qui vont révéler tout ce que l’homme peut accomplir dans le bien comme dans le mal.
L’amour bien sûr mais aussi la sincérité des engagements, la vanité des mâles, l’ambiguïté des motivations, tout cela va émerger sur les routes enneigées d’un pays qui ne sait plus vivre en paix.
L’auteur explique dans sa postface avoir choisi cette guerre parce qu’elle est devenue lointaine, « exemple de chaos » dans lequel il craint de voir «  un peu de notre présent et (…) beaucoup de notre futur »
Les personnages ne sont pas manichéens mais en proie au doute, peut-on aider juste en donnant concrètement de la nourriture, des médicaments ou faut-il aider en permettant aux victimes de se relever par le combat? C’est une question à laquelle il n’est pas facile de répondre et ce roman nous permet d’y réfléchir…serbie

y’a plus d’saisons!

C’est l’hiver? Et alors?
Avant de venir à Saint-Pierre, j’avais rêvé sur les moyennes saisonnières, toujours négatives, sur la neige et ses tempêtes, le « poudrin », la forêt boréale recroquevillée sous la glace…

Las! Le réchauffement climatique semble avoir  frappé jusque dans cet archipel du bout de l’Atlantique. Il y a bien eu deux épisodes neigeux avec tempête et interruption de la liaison maritime avec Miquelon mais si les enfants ont eu le bonheur de se réveiller avec 12 cm de neige dans le jardin, cela n’a pas duré!

Le ballet des chasses-neige tout d’abord a mis les routes à nu et transformé le macadam en patinoire, le redoux ( + 6 quand même en plein mois de janvier) a ensuite fait de tout cela une bouillabaisse de gadoue infâme et impitoyable envers les chaussettes réfugiée au fond des après-ski provisoirement au chômage technique!

Les montagnes ont perdu en une nuit leur manteau blanc et c’est arrivé plus d’une fois depuis le début de la saison, c’est à désespérer de la prétendue rigueur climatique de ses contrées!

lundi au soleil 25 janvier2016 023
Les oiseaux pépient comme au printemps…

Pour se consoler de ne pouvoir sortir les raquettes de neige, restent la lumière et le jeu du soleil entre les nuages mais demain, c’est la pluie et la douceur qui s’annoncent, avant un retour au froid la semaine prochaine. Moi qui pensait que seuls les mannequins jouaient au yoyo, apparemment, la météo s’y met aussi.

Dans quinze jours, virée au Canada, peut-être que les frimas québecois nous feront regretter les douceurs îliennes….

Un homme d’Ouessant Henri Queffélec

J’avoue, le titre choisi ne l’a pas été tout à fait par hasard, séduite par l’île d’Ouessant l’été dernier, j’espérais bien retrouver les paysages sauvages qui m’avaient enchantée malgré un mois de juillet maussade.C’est donc avec enthousiaste que je me suis plongée dans cette nouvelle lecture.

homme d'o

Lire la Suite