Rien ne s’oppose à la nuit 

Delphine de Vigan

Encore une autobiographie!
C’est bien ce que l’auteur elle même se dit avant de commettre à son tour le coupable retour sur soi que consiste toute tentative d’écriture sur sa vie ou celle d’un proche.rien  ne s'oppose à la nuit
La photo de couverture expose une jeune femme: belle, la cigarette à la main et le sourire aux lèvres, un peu distante mais pleine d’élégance. Cette image se superpose parfois à la lecture des pages du récit de Delphine de Vigan dont la sincérité touche et crée l’envie .
Elle sait que la vérité lui échappe forcément, le temps, la mythologie familiale, les secrets ont laissé des traces qu’il faut déchiffrer et donc réinventer avec ses propres souvenirs , ses propres angoisses aussi car comment parler sans affect d’une mère aussi belle qu’inquiétante dans sa fragilité.
Un passage me paraît témoigner de cette recherche de sincérité:
«  Incapable de m’affranchir tout à fait du réel, je produis une fiction involontaire,je cherche l’angle qui me permettra de m’approcher encore, plus près, toujours plus près, je cherche un espace qui ne serait ni la vérité ni la fable, mais les deux à la fois. »
C’est sans doute ce qui rend ce récit de vie si touchant et si captivant aussi. On tourne les pages en voulant savoir, voyeur ému d’une vie qui s’effiloche. La folie, la maladie, ce qui n’est pas dit et qu’on a peur de deviner, tout donne envie de lire.
La mère devient un personnage et son désir de « mourir vivante » émeut . La relation mère/fille nous renvoie à notre propre vécu et c’est bien la magie des livres qui ressuscite une époque que nous avons connu. Tout est là, la musique, les petits faits du quotidien, les rêves usés d’une génération post-soixante-huitarde, les regrets de ne pas avoir dit ou fait plus pour celle qu’on aime sans pouvoir toujours l’exprimer clairement.
La fin est annoncée dès les premières lignes mais on espère tout au long des pages, on retient son souffle devant le combat d’une femme perdue dans sa folie, on a envie de l’accompagner, elle se bat tellement bien et avec quel panache!
Elle reste attachante dans les pires moments de dérive et il a fallu du courage pour la décrire avec autant de bienveillance et de regret mêlés.
Un très beau moment de lecture!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s